Les airs que vous trouverez sur ce blog sont des créations personnelles pour la danse. Certains trouveront qu'ils ne respectent pas la tradition, c'est possible, mais ils ont tous été testés auprès des danseurs.

       Quand les morceaux ne sont plus joués, ils meurent. Aujourd'hui, je ne joue plus beaucoup d’accordéon alors j’ai pris le temps de regrouper tous les airs que j’ai créés afin d’en garder une trace, de les mettre à votre disposition pour qu'ils continuent à être joués. Jouez ces airs comme ils sont écrits et, pour les faire vivre, faites-les évoluer à votre façon en changeant l'accompagnement s'il ne vous convient pas, en créant vos propres variations.

         Tous les morceaux sont solfiés puis écrits en tablature. Les claviers des accordéons ne sont pas standards (en particulier la troisième rangée) et les accordéons d’aujourd’hui évoluent, leurs doigtés également. Les tablatures sont construites pour l’accordéon sur lequel je joue, un modèle Castagnari sol-do de 1994. (Ce n'est plus vraiment un accordéon diatonique puisque toutes les altérations sont présentes mais plutôt un accordéon bi-sonore.)

         Les partitions et les tablatures ont été écrites avec le logiciel TablEdit. C’est à partir de ce logiciel que j’ai exporté le fichier sonore midi. L'enregistrement midi a l’inconvénient d’être une musique synthétique, sans phrasé, sans appoggiature, qui donne seulement une idée du morceau mais qui vous laisse la liberté d'ornementer à votre façon. J'ai également enregistré les airs à l'accordéon mais ils ne correspondent peut-être pas tout à fait à la tablature. Les airs ont pu évoluer entre le moment où ils ont été écrits et la façon de les jouer lors de l'enregistrement. De plus, j'ai un peu de mal à m'astreindre à respecter une partition et les basses ont pu être changées. 

        J’ai choisi d’utiliser le système de tablature utilisé par le CADB (Collectif des accordéonistes diatoniques de Bretagne) : les boutons 1 à 12 se trouvent sur la première rangée de l’accordéon, les boutons 1’ à 11’ se trouvent sur la seconde rangée et les boutons 1’’ à 10’’ sur la troisième rangée. Vous retrouverez ces touches sur le schéma classé dans « catégories ». Chaque touche est numérotée et partagée en deux parties : sur la partie du haut est écrite la note obtenue en tirant sur le soufflet, sur celle du bas, celle obtenue en poussant. J’ai choisi délibérément de présenter le bas de l’accordéon en haut de la feuille parce c’est de cette façon qu’on voit l’instrument lorsqu’on en joue.

           Sur la tablature, au-dessous de l’écriture solfiée se trouvent trois lignes. Sur la première sont écrits les numéros des touches utilisées tout en poussant sur le soufflet, sur la seconde, les numéros des touches utilisées lorsque l’on tire sur le soufflet. Sur la troisième ligne se trouvent les notes de la main gauche en écriture anglo-saxonne dans laquelle les notes sont remplacées par des lettres. (A = la, B = si et ainsi de suite.) La lettre écrite en capitale symbolise la basse, la lettre minuscule symbolise l’accord. Je joue généralement en enlevant toutes les tierces des accords pour éviter dans certains cas des dissonances désagréables. 

          D’autres systèmes de tablatures existent mais celui-ci est le plus utilisé en Bretagne. L’idéal est d’apprendre le solfège puis de lire les basses. Ainsi, la tablature devient inutile. Ce sont les basses qui détermineront le doigté utilisé. Elles sont aussi très utiles pour improviser ou pour accompagner quelqu’un lorsqu’on ne connaît pas le morceau.

        Vous débutez l'accordéon diatonique ? La page des débutants est pour vous. Ce sont des airs simples spécialement écrits pour les débutants avec des difficutés croissantes. Attention cependant, ne restez pas seul avec votre accordéon, il est essentiel de prendre des cours, au moins pour le début et pour la mise en place des basses.

          J’espère que vous prendrez beaucoup de plaisir à jouer ces morceaux…

                                                                                     Hubert Jégard

           PS : Si vous souhaitez un enregistrement (midi) à vitesse lente demandez-le par mail...